Adhérez ou renouvelez votre adhésion !

Nous sommes en janvier, le moment de renouveler votre adhésion à IRA-France-Mauritanie, ou de nous rejoindre. Téléchargez ici le bulletin d’adhésion pour 2022. Notre association a été très active cette année malgré la crise sanitaire, avec deux actions phares : le soutien au jardin d’enfants de Nouakchott et le séjour de Moussa Bilal Biram. C’est grâce à votre soutien financier et moral que nous pouvons continuer à soutenir nos amis mauritaniens. Nous savons pouvoir compter sur vous à nos côtés : merci d’avance pour la poursuite de votre engagement !

Fin du séjour de Moussa Bilal Biram en France

Notre ami Moussa Bilal Biram, militant d’IRA très engagé à Nouakchott, a rejoint son pays le 5 janvier après un séjour de plus de deux mois en France chez Marie et Jean-Marc Pelenc à Cadenet. Comme prévu, il a pu témoigner de son parcours, de son militantisme, des tortures dont il a été victime, auprès de membres d’IRA-France-Mauritanie, d’ACAT, d’Amnesty dans la région provençale et auprès d’étudiants en droit international des droits de l’homme à la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence. Il a pu également rencontrer avec émotion des clubs de karaté, discipline dans laquelle il a été champion puis entraîneur en Mauritanie avant les tortures qui lui ont été infligées en garde à vue en 2016. Son séjour lui a permis de bénéficier de certains soins médicaux rendus nécessaires par les séquelles de ces tortures : un grand merci au Centre Osiris de Marseille, spécialisé dans ce type d’accueil et au médecin référent de la Permanence d’Accès à la Santé et aux Soins de Marseille pour la qualité de leur accueil et de leur prise en charge ! Son court passage à Paris a donné à Moussa l’occasion de rencontrer des militants et amis. Tous ceux qui ont eu la chance de rencontrer Moussa ont été impressionnés par son courage, sa force de caractère, son sourire et son profond attachement  au combat anti-esclavagiste pour une Mauritanie plus fraternelle dans laquelle cohabiteraient à égalité les différents individus quelle que soit leur communauté d’origine. Enfant privé de scolarisation, il a quitté sa famille pour fuir l’esclavage et les discriminations, il sait l’importance de cette lutte. Il nous a chargés en partant d’exprimer sa profonde reconnaissance à tous les membres d’IRA-France-Mauritanie qui a rendu possible ce séjour si important pour lui.

Une excellente nouvelle pour commencer l’année !

Le Bureau d’IRA-France-Mauritanie vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2022.

Puisse-t-elle voir enfin la disparition de la crise sanitaire avec un retour à une vie sociale normale et des progrès dans la défense des droits humains, la fraternité et la paix dans le monde !

Nous avons une excellente nouvelle à vous annoncer : en Mauritanie, IRA a enfin obtenu le récipissé de demande d’enregistrement valant reconnaissance de l’association, vu la nouvelle loi sur le régime déclaratif des associations. Créée en 2008 par Biram Dah Abeid, IRA s’était toujours vu refuser une existence légale. Le président Ghazouani a eu la clairvoyance d’accepter qu’une association de défense des droits humains œuvrant pacifiquement et solidement implantée dans le pays puisse enfin participer sans entrave au débat démocratique. C’est le Commissaire aux Droits de l’Homme qui a remis à Biram Dah Abeid le précieux document lors d’une cérémonie officielle à Nouakchott le 31 décembre. Dans son discours, Biram a chaleureusement félicité les militants d’IRA qui ont courageusement lutté contre l’esclavage et les discriminations pendant toutes ces années en prenant des risques importants. Il a souligné l’importance du soutien des associations du réseau des IRA dans le monde, de toutes les grandes ONG de défense des droits humains et également des instances onusiennes qui ont su dénoncer l’esclavage mais également les injustices dont ont été victimes les membres d’IRA pendant toutes ces années (harcèlement, matraquage, procès truqués, torture en garde à vue, emprisonnements injustes). Il a également salué le rôle positif joué par le président Ghazouani dans cette avancée. Notre association exprime ses félicitations et sa joie profonde de voir enfin la justesse de la démarche pacifique d’IRA et de tous ses militants validée à travers cette reconnaissance. Une nouvelle période débute pour IRA dans son action contre l’esclavage et les discriminations. Nous aurons à cœur d’accompagner nos amis mauritaniens dans leurs nouveaux projets car l’esclavage et les discriminations sont malheureusement toujours bien présents dans leur pays. De nouveaux cas d’esclavage ont été révélés récemment.

Témoignage et débat avec Moussa Bilal Biram, lundi 13 décembre à 18h à Aix-en-Provence

11/12/21

Nous sommes désolés de vous annoncer que la Faculté d’Aix en Provence, suite aux nouvelles mesures de protection contre la Covid, nous informe que la conférence-débat de Moussa Bilal Biram est strictement réservée aux étudiants.

Avec toutes nos excuses pour la déception  que cette nouvelle vous apporte.

Témoignage et débat sur la torture en Mauritanie

Moussa Bilal Biram, militant d’IRA, victime de torture

Lundi 13 décembre 2021 de 18h à 20h

Faculté de droit d’Aix-en-Provence, 3 avenue Robert Schuman, 13080 Aix en Provence

Amphithéâtre Peiresc

RÉSERVÉ AUX ÉTUDIANTS DE L’UNIVERSITÉ PAR MESURE DE PRÉCAUTION SANITAIRE

Appel à dons et à adhésions

Toutes les actions que mène notre association IRA-FRANCE MAURITANIE (voir l’actualité chargée du mois de novembre) ont un coût et nos finances s’en ressentent assez lourdement ! Merci à celles et ceux qui pourront nous aider par un don pour nous aider à dépasser ce passage délicat.

Vous pouvez aussi nous soutenir en adhérant à l’association ou en faisant adhérer les personnes de votre entourage.

Parlez-en autour de vous, et faites connaître notre page Facebook

https://www.facebook.com/IRA-France-Mauritanie-104140781159890

Merci encore !

Des nouvelles de la Mauritanie et de l’association

L’actualité est riche depuis notre dernière lettre d’information.

En Mauritanie

  • Tout d’abord, ce qui pourrait être une formidable nouvelle : le décret gouvernemental permettant l’application de la loi sur le nouveau régime de déclaration des associations vient d’être publié. Ce décret rend possible la reconnaissance d’IRA. Mais comme souvent quand il s’agit de droits humains et d’esclavage en Mauritanie, il y a loin de la loi à son application : cette fois, ce sont des problèmes d’ordinateur qui sont mis en avant par le Ministère de l’Intérieur pour empêcher d’enregistrer la demande déposée par nos amis sur place !
  • Des tensions ont dégénéré en violences dans le sud du pays, dans la communauté soninké dans laquelle des « nobles » s’appuyant sur la tradition continuent de traiter en tant qu’esclaves certains villageois et revendiquent, en toute impunité, la légitimité de l’esclavage, y compris en organisant des scènes de lynchage. Là encore, IRA a appuyé les victimes, les défenseurs locaux et dénoncé fermement la complicité des autorités qui garantissent l’impunité à ceux qui font l’apologie de l’esclavage, en contradiction flagrante avec les lois du pays.
  • La révélation d’un nouveau cas d’esclavage a fait grand bruit. Une jeune femme fuyant l’esclavage a cherché refuge auprès d’IRA. Après de nombreuses péripéties, un engagement sans failles d’IRA au niveau local et national,  Marième Mint Cheibani a enfin pu retrouver ses enfants et elle est hébergée et protégée à Nouakchott chez Biram, comme c’est souvent le cas. Les autorités ont été obligées de réagir, son « maître » et sa fille viennent enfin d’être arrêtés et inculpés de pratiques esclavagistes. Pour plus de détails, vous pouvez prendre connaissance du communiqué de presse que nous avons publié très rapidement et de celui auquel nous nous sommes associés,  publié par une coordination d’associations africaines luttant contre l’esclavage et ses séquelles.
  • Un nouvelle situation d’esclavage foncier a engendré beaucoup de violence dans le sud du pays : une nouvelle fois, avec l’appui des autorités locales, de riches propriétaires terriens ont cherché à s’accaparer des terres travaillées par des noirs depuis des générations. IRA a soutenu les justes revendications et dénoncé les violences en envoyant une délégation sur place et en interpelant le gouvernement.
  • Nous poursuivons bien sûr notre soutien financier au Jardin d’Enfants de Nouakchott et des malles de jouets collectés grâce à votre générosité sont en partance au port de Marseille.

En France

  • IRA-France reçoit pour un séjour de deux mois et demi Moussa Bilal Biram, militant d’IRA à Nouakchott. Il est accueilli à Cadenet par notre Président et son épouse, Jean-Marc et Marie Pelenc. Nous connaissons bien Moussa puisqu’il faisait partie des membres d’IRA arrêtés injustement en 2016, torturés en garde à vue, condamnés à une lourde peine de prison exécutée à Bir Moghreïn, dans le désert à plus de 1000 km de sa famille. Adopté comme prisonnier par Amnesty International et ACAT, il avait été l’objet d’une mobilisation internationale importante doublée d’un soutien local en Mauritanie. Nous lui avions écrit en prison, avions soutenu financièrement sa famille et étions intervenus auprès des autorités mauritaniennes et françaises. Libéré au bout de deux ans, il souffre de séquelles des tortures. Pour autant, il est toujours très engagé dans les actions d’IRA (manifestations, soutiens aux personnes victimes de discrimination, aux anciens esclaves) et a été récemment à l’initiative d’un dépôt de plainte pour torture auprès du Tribunal de Nouakchott. Nous l’avions longuement rencontré lors de notre mission en Mauritanie en janvier 2020. Il a prononcé son premier témoignage samedi 20 novembre à Sanary dans le Var lors du Rassemblement Régional de l’Acat où son témoignage fort mais sobre  a profondément ému les adhérents présents Au cours de son séjour, il témoigne dans les groupes d’Amnesty International de plusieurs villes de Provence de son militantisme anti-esclavagiste et des tortures qu’il a subies, il rencontre les juristes de la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence qui étudient la possibilité d’actions juridiques au niveau international si sa plainte pour torture n’aboutit pas en Mauritanie. Un témoignage-débat public aura lieu à la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence le 13 décembre à 18h. Par ailleurs, Moussa met à profit ce séjour en France pour recevoir des soins médicaux rendus nécessaires par les séquelles des tortures qu’il a subies.
  • Les militants parisiens d’IRA sont appelés à participer le 28 novembre à une manifestation organisée par un collectif d’associations pour honorer la mémoire et demander réparation pour les militaires pendus parce que noirs à Inal par l’armée mauritanienne lors de la fête de l’indépendance en 1990.

Toutes ces actions ont un coût et nos finances s’en ressentent assez lourdement ! Merci à celles et ceux qui pourront soutenir nos actions par l’envoi d’un don pour nous aider à dépasser ce passage délicat. Soyez assurés de notre engagement sans faille pour mettre en œuvre dans les meilleures conditions ces actions qui découlent des objectifs de notre association. C’est ensemble que nous faisons avancer nos valeurs d’humanisme et de solidarité !

Vous pouvez aussi nous soutenir en adhérant à l’association ou en faisant adhérer les personnes de votre entourage. Merci encore !

Le Bureau d’IRA-France-Mauritanie

L’esclavage en Mauritanie : Notre indignation

La Coordination Contre l’Esclavage et ses Séquelles (C.C.E.S) exprime sa vive préoccupation suite à l’alerte lancée par  l’organisation IRA-Mauritanie sur un possible blanchiment d’un cas avéré d’esclavage en cours, à Aïn Varba, une localité de la région du Hodh  El-Gharbi, qui est  à  800 km  de Nouakchott, la capitale Mauritanienne.  Nos inquiétudes sont encore vives et légitimes en ce sens que le communiqué d’IRA Mauritanie évoque une éventuelle complicité de certains magistrats, qui auraient tendance à couvrir des actes odieux de l’esclavage.

En effet,  tel qu’il ressort de la déclaration IRA-Mauritanie en  date du  10 novembre 2021 :

 « Le magistrat en question, Mohamed Abdallahi Ould Ahmedou écouta les parties présentes, en l’occurrence le présumé fauteur Cheikhna Ould Chehlawi, la victime Mariem Mint Cheibani et ses deux rejetons. La cadette Salka, encore mineure selon une vidéo fameuse qui circule sur internet, a été donnée en guise de cadeau de mariage, par Cheikhna Ould Chehlawi, à sa propre fille Selemhe; la mère de Salka confirma au parquet les faits et les griefs . Depuis des années, cette femme , bénéficiaire du de la traite  humain, fait travailler l’enfant, chez elle, à Nouakchott.

Or, le Procureur de la république, en vertu des réflexes habituels qui consistent à octroyer l’impunité aux groupes dominants, fit ramener la petite Salka, de Nouakchott à Aïoun mais ignora sa maîtresse, Selma Mint Chehlawi. Pire, il entérina les allégations mensongères selon lesquelles l’ainée des deux esclaves – de son prénom Cheikhna, suivant le vœu du maître – serait majeure, ce qui expliquerait sa présence au service de ce dernier. Il importe de noter, ici, que les filles et leur maman ne possèdent aucune pièce d’état civil ; cependant, la mère aurait été enrôlée mais ne jouirait de ses papiers d’identité que par la volonté de son bourreau : elle en userait les jours de scrutin ou lors du retrait des vivres, au titre de la prévention des risques de famine. Bien entendu, Cheikhna Ould Chehlawi veille à récupérer le fruit puisque Mariem Mint Cheibani lui appartient.

En effet, faisant fi de toutes les lois incriminant l’esclavage en Mauritanie, il continue d’assujettir les femmes et hommes, de couches vulnérables, en les faisant travailler sans rémunération ; il en offre l’usage, plus ou moins occasionnel, à sa progéniture. Le notable Cheikhna Ould Chehlawi possède plusieurs serviteurs et les exhibe, fièrement au tribunal, pour qu’ils témoignent en sa faveur et le protègent des rigueurs de l’égalité et de la citoyenneté. »

Il est inacceptable pour nous en tant qu’organisations de la société civile Africaine, Panafricaine, Européenne, des défenseurs de droits humains,  d’apprendre qu’en 2021, des êtres humains sont offerts comme des objets en cadeau de mariage corvéable à merci du maitre. Cette situation  nous ramène au moyen-âge malgré l’existence d’un arsenal juridique en Mauritanie. Nos organisations apportent notre soutien sans faille à l’organisation IRA-Mauritanie dans son noble combat contre l’esclavage, qui est un crime contre l’humanité.

Nos organisations tiennent à faire des recommandations à l’exécutif et au système judiciaire Mauritanien :

-L’application stricte de la loi et des instruments juridiques internationaux qui incriminent l’esclavage et ses séquelles en vigueur dans le pays sur les esclavagistes et les apologistes de toute forme de l’esclavage ;

– inscrire l’esclavage, ses formes et ses conséquences dans les programmes scolaires en Mauritanie ;

-De mettre en place  des structures d’accueil pour  les victimes du phénomène d’esclavage, leur  assurer une formation afin qu’elles  s’intègrent dans la société pour  le long terme. Construire des écoles et centres médicaux dans les villages des victimes de l’esclavage ;

-L’indemnisation les victimes de l’esclavage qui leur permettra de s’intégrer dignement  dans la vie de  citoyens libres. Des terres irrigables et habitables pour toutes les victimes de l’esclavage et du racisme ;

Le 20 Novembre 2021

Liste des organisations signataires

Waraba d’Afrique

IRA-France

Kane d’Afrique

MSDH

ARMEPES-France

RMFP-Mali

A.H.M.E

ASEPT-Sénégal

A.C.D.E

Ganbana-International

Collectif  Un Passé Trop Présent

Nouveau cas d’esclavage flagrant en Mauritanie

       

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA SECTION FRANÇAISE D’IRA-MAURITANIE

Un cas flagrant d’esclavage vient d’être mis à jour par les militants d’IRA Mauritanie. Ce cas d’esclavage a été révélé dans le village d’Ain Farba dans la province du Hodh El Gharby. La victime était réduite en esclavage depuis sa naissance par le maître de sa mère décédée alors qu’elle n’était qu’une toute petite enfant. 

Madame Maryam Mint Al Shaibani a tenté d’informer les autorités judiciaires du traitement inhumain et dégradant qu’elle et ses filles subissaient de la part de leur maître (Mr. Cheikh Ould Al Shahlawi). En réaction celui-ci l’a expulsée en gardant ses filles. De très nombreux détails douloureux ont été révélés par la délégation d’IRA Mauritanie lorsqu’elle s’est rendue sur place à la demande de la victime et de son mari. Cette délégation d’IRA Mauritanie était dirigée par le chef du Comité des Droits de l’Homme d’IRA Mauritanie et des membres de son bureau résidant dans la région. Ils ont tous été contactés par la victime et son mari afin de les aider.

Mariem Mint Cheibani et la délégation de l’Ira

A ce jour l’existence de l’esclavage se perpétue en Mauritanie, notamment en raison des complaisances des autorités administratives et judiciaires dans la non application des lois discriminant l’esclavage, notamment la loi de 2015 déclarant dans sa Constitution « l’esclavage comme crime contre l’humanité ». Ces lois ne sont d’autant pas appliquées par le pouvoir exécutif, qu’elles sont soutenues fortement par l’influence des chefs de tribus et des cheikhs religieux s’insérant dans les rouages de l’Etat. Notamment dans les villes ou régions de Néma, Nouadhibou et Nouakchott.

Nous, membres du bureau d’IRA France-Mauritanie, ses membres adhérents, nous déclarons totalement solidaires des victimes et demandons que cette famille puisse se rassembler, libre de toute entrave discriminante.

Nous condamnons avec la plus grande fermeté ce cas d’esclavage et tenons pour responsables une fois de plus, les autorités mauritaniennes dans leur volonté de ne pas appliquer les lois interdisant et discriminant les crimes d’esclavage.

Nous prions Monsieur le Président de la République Islamique de Mauritanie, Mr.Mohamed Ould Ghazouani, d’appliquer la loi de 2015, de punir les maîtres responsables et d’informer officiellement la communauté internationale que la Mauritanie lutte contre les crimes d’esclavage telle que la loi l’y contraint. 

Nous demandons aux autorités mauritaniennes, à son Président, d’accéder à la reconnaissance officielle de l’Organisation Non Gouvernementale IRA Mauritanie, fréquemment alertée par les victimes d’esclavage et qui les soutient au nom de la défense universelle des Droits Humains.

                                                                       Les membres du Bureau d’IRA France-Mauritanie

voir aussi le communiqué d’IRA-MAURITANIE

Alerte Mauritanie : Recel et blanchiment d’esclavage, en cours

Mariem Mint Cheibani et la délégation de l’Ira

1. Aïn Varba est une localité de la région du Hodh occidental, à environ 800 au sud-est de Nouakchott, la capitale. Le chef-lieu est Aïoun. L’endroit s’est fait connaître par des violations de la dignité de la personne quand, en 2011, Ira-Mauritanie (Ira-M) y découvrait des pratiques d’esclavage domestique et selon ascendance, avec des ramifications dans d’autres villes. A l’époque, les militants de l’organisation furent copieusement torturés, sur place, sous les ordres du commandant de la brigade de gendarmerie. 

2. 10 ans après, un dignitaire de Aïn Varba, le sieur Cheikhna Ould Chehlawi, y a hérité de servants et de servantes, issus de rapts perpétrés, du vivant de son père, contre des noirs, natifs du périmètre alentour. 

3. A la suite d’une pré-enquête vigilante, une mission que conduisent Abdallahi Abou Diop, responsable de la commission de défense des droits humains et Laghdaf Ould Neemeu membre du Comité de paix quittait Nouakchott, le 6 novembre, en direction du lieu-dit. Ils bénéficieront de l’appui des bureaux locaux de l’association, à Tintane et Aïoun, avant d’approcher la victime, Mariem Mint Cheibani. En compagnie de cette dernière, la délégation se rend, à Aïn Varba, deux jours après, afin de déposer plainte, auprès de la gendarmerie. Le commandant de brigade a tergiversé et traîné avant d’accepter de recevoir la déposition de la plaignante et d’enregistrer sa requête. La gendarme procéda, alors, à une investigation hâtive puis décida le déferrement du dossier, le 10 novembre courant, devant le Procureur du tribunal compétent, à Aïoun.  

Mariem Mint Cheibani en entretien avec la mission de l’Ira

4. Le magistrat en question, Mohamed Abdallahi Ould Ahmedou écouta les parties présentes, en l’occurrence le présumé fauteur Cheikhna Ould Chehlawi, la victime Mariem Mint Cheibani et ses deux rejetons. La cadette Salka, encore mineure selon une vidéo fameuse qui circule sur internet, a été donnée en guise de cadeau de mariage, par Cheikhna Ould Chehlawi, à sa propre fille Selemhe; la  mère de Salka confirma les faits et griefs, y compris face au parquet. Depuis des années, la dame, bénéficiaire du présent humain, fait travailler l’enfant, chez elle, à Nouakchott.  

5. Or, le Procureur de la république, en vertu des réflexes habituels qui consistent à octroyer l’impunité aux groupes dominants, fit ramener la petite Salka, de Nouakchott à Aïoun mais ignora sa maîtresse, Selma Mint Chehlawi. Pire, il entérina les allégations mensongères selon lesquelles l’ainée des deux esclaves – de son prénom Cheikhna, suivant le vœu du maître – serait majeure, ce qui expliquerait sa présence au service de ce dernier. Il importe de noter, ici, que les filles et leur maman ne possèdent aucune pièce d’état civil ; cependant, la mère aurait été enrôlée mais ne jouirait de ses papiers d’identité que par la volonté de son bourreau : elle en userait les jours de scrutin ou lors du retrait des vivres, au titre de la prévention des risques de famine. Bien entendu, Cheikhna Ould Chehlawi veille à récupérer le fruit puisque Mariem Mint Cheibani lui appartient. 

Cheikhna Ould Chehlawi

6. En effet, faisant fi de toutes les lois incriminant l’esclavage en Mauritanie, il continue d’assujettir les femmes et hommes, de couches vulnérables, en les faisant travailler sans rémunération ; il en offre l’usage, plus ou moins occasionnel, à sa progéniture. Le notable Cheikhna Ould Chehlawi possède plusieurs serviteurs et les exhibe, fièrement au tribunal, pour qu’ils témoignent en sa faveur et le protègent des rigueurs de l’égalité et de la citoyenneté.

7. Pour Ira-M, l’esclavage demeure répandu dans les quartiers chics et résidentiels de la capitale, en particulier la commune de Tevragh Zeina. Il s’étend à la quasi-totalité des centres urbains ; d’ailleurs, si la matrice de l’infériorité de naissance remonte aux villages et campements nomades, elle s’enracine, de manière moins visible, à l’intérieur des villes où, pourtant, le pouvoir d’Etat s’exerce davantage.  Paradoxe quotidien, la progéniture des familles de nobles perpétue la relation verticale. Cadres et hauts fonctionnaires y recourent toujours, malgré la proximité du noyau de l’Etat. Il est erroné de penser que l’esclavage n’existe plus que dans les zones enclavées de la Mauritanie. 

Habitation de Mariem Mint Cheibani

8. De nombreuses mères s’abstiennent de lever le secret du père, car la femme en situation de captivité subit les viols de ses propriétaires, même mariée. Les responsables de tels actes d’ignominie s’en justifient au nom de livres du code noir, les fameux recueils de la Charia locale où l’on enseigne et vulgarise le traitement du bétail humain. 

9. Comme il y a 10 ans, le tribunal argue, aujourd’hui, que IRA-M n’est pas une organisation reconnue ; en conséquence, elle ne saurait ester en justice ni accompagner et encadrer la plaignante. Ainsi, le magistrat évite de convoquer Selemhe Mint Chehlaoui mais n’hésite à rapatrier l’enfant abusée, Salka. 

10. IRA – M pressent, là, une menace d’occultation d’un cas flagrant d’exploitation de l’homme par l’homme. En dépit de l’alternance de 2019, la justice de caste résiste à la normalisation et porte entrave aux changements et réformes attendus et ô combien différés. 

Selon les dernières informations, le Procureur d’Aïoun renvoie, l’affaire, à la brigade de gendarmerie, certainement aux fins de ficeler le « meilleur » prétexte visant à dissimuler – une fois de plus- un crime avéré que ses auteurs assument avec fierté et arrogance. 

Initiative de Résurgence Abolitionniste en Mauritanie (Ira-M)

Nouakchott, le 10 novembre 2021

Inscription à l’AG du 26 septembre – message important aux adhérents de l’association

Chers adhérents, 

Notre AG 2021 aura lieu dimanche 26 septembre à Aix-en-Provence dans la salle du Secours Catholique, 2 Bd Maréchal Leclerc – 13100 Aix en Provence, (la salle se trouve entre le Pasino et l’Eglise ST Paul).

Pour tous ceux qui ne viendront pas, pensez à envoyer votre pouvoir complété et signé au siège de l’association (IRA France Mauritanie, 1130 route de Cucuron, 84160 Cadenet) ou par mail (irafrance-mauritanie@gmail.com)

Pour des raisons sanitaires, la jauge de la salle nous impose une inscription préalable au-delà de laquelle nous serons obligés d’arrêter les inscriptions.

Croyez bien que nous sommes désolés de ces contraintes qui risquent d’empêcher certains d’entre vous de participer à ce moment important de la vie démocratique de notre association. 

Merci donc de vous faire connaître auprès du Secrétaire Général, Bruno Canivenc, qui vous répondra très rapidement pour vous confirmer (ou pas) votre inscription à l’adresse suivante bruno.canivenc@gmail.com

Par ailleurs et toujours pour des raisons sanitaires, nous ne pourrons pas partager comme d’habitude un repas en commun, chacun est donc prié de prévoir son propre repas sur place. 

Bien cordialement à vous tous, 

Bruno Canivenc, Secrétaire Général d’IRA France-Mauritanie.