Mariem Mint Cheikh, militante de l’IRA, arrêtée à Nouakchott

COMMUNIQUÉ D’IRA MAURITANIE EN BELGIQUE

Mariem_Mint_Cheik

Mariem Mint Cheikh, militante de l’IRA, arrêtée à Nouakchott
La loi anti-discrimination de 2018 à nouveau sur la sellette

Le 13 avril, Mariem Mint Cheikh, militante et membre fondateur du mouvement anti-esclavage de l’IRA, a été arrêtée dans la rue à Nouakchott par des agents de la Sûreté de l’Etat. A l’heure actuelle, ses proches ignorent où elle a été emmenée et ce qu’on lui reproche.

Mais il ne faut pas être devin pour comprendre que les dernières publications de Mariem Mint Cheik sur son compte Facebook ont suscité la réaction du pouvoir.

Post du 13 avril à 11h55 : « Quand le pouvoir des Maures sera-t-il jugé pour les crimes d’esclavage et de racisme contre les communautés opprimées et démunies ? A quand un Etat de droit où tous seront égaux ? »

Les autorités n’ont pas hésité : ils ont saisi cette opportunité pour mettre en application les dispositions de la loi du 18 janvier 2018 et déclencher une nouvelle offensive contre l’IRA.

Une loi pour « incriminer la discrimination »

Le 18 janvier 2018, l’Assemblée nationale mauritanienne vote l’adoption d’une loi qui définit les concepts de discrimination et vise en particulier les discours de haine ou d’incitation à la haine. Les peines pour ces crimes de racisme et de haine pouvant aboutir à 5 ans d’emprisonnement et la privation de tous les droits civiques.
Dès sa publication, cette loi a soulevé nombre de critiques de la part des organisations de défense des droits humains.

En mai 2018, à Genève, le CERD ( Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale) relève l’absence de clarté juridique et pointe une définition de la discrimination non conforme à la Convention. Le CERD somme la Mauritanie de revoir sa loi, certaines dispositions de celle-ci pouvant ouvrir la voie à des interprétations pouvant conduire à des restrictions dans la jouissance de certains droits humains.

Trois Rapporteurs spéciaux des Nations unies ont co-signé et adressé dès le 24 janvier 2018, une correspondance au gouvernement mauritanien, attirant l’attention sur les risques de bavure et les incohérences de cette loi pouvant conduire, notamment, au musellement des militants abolitionnistes ou autres promoteurs de l’égalité. (https://www.ohchr.org/Documents/Issues/Opinion/Legislation/OL-MRT-5-2017.pdf)

Amnesty International, pour sa part, adresse une Communication au Comité des Droits de l’Homme des Nations unies lors de la session de juillet 2019.
L’ONG indique que cette loi comporte des dispositions imprécises et trop générales pouvant être retenues contre des militants qui dénoncent les groupes perpétuant les pratiques de l’esclavage. Amnesty précise que des magistrats ayant affirmé que des militants luttant contre l’esclavage et la discrimination, dont des membres de l’IRA, utilisaient des « expressions racistes » et « incitent à la haine », cette loi pourrait finalement se retourner contre celles et ceux qui luttent contre les pratiques discriminatoires. (https://www.amnesty.org/download/Documents/AFR3803782019FRENCH.pdf)

Quelle sera l’accusation portée contre Mariem Mint Cheikh, qui depuis des années, dénonce sur son blog la discrimination réelle à l’égard des Noirs et des Haratines ? Une discrimination reconnue par les instances internationales, les associations des droits de l’Homme mais constamment niée par le pouvoir ? Quel motif inventera l’Etat pour justifier l’arrestation d’une militante qui n’a fait qu’user de son droit à la liberté d’expression ?
Cataloguer les opposants d’un régime comme criminels équivaut à s’auto-proclamer dictature.

Le pouvoir du nouveau Président Al Ghazouani doit refuser toute manipulation d’une loi controversée, rompre avec l’hypocrisie et admettre qu’une opposition peut s’exprimer aujourd’hui par tous les canaux de la modernité et ne pas servir de prétexte à l’entrave à la liberté d’expression.

Les militants de l’IRA, et notamment ceux de Belgique, saluent le courage et l’engagement non violent de Mariem Mint Cheikh qui dès 2015 est venue en Belgique encourager l’émergence du mouvement abolitionniste.
Ils demandent sans délai la libération immédiate de Mariem Mint Cheik.

IRA Mauritanie Belgique
Bruxelles, 17 avril 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s